logo

 

 

 

facebook .gif twitter .pinterest .English version

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil > Patrimoine > Traditions et usages

 

 

Traditions et usages

 

Certaines traditions sont assez récentes, d'autres plus anciennes perdurent depuis des siècles et font partie de notre culture.

 

- Barattage
- Chandeleur
- Crèche de Noêl
- Chant de Noêl
- Dragées pour le baptême
- La fête des mères
- Le marché

 

Gif bordure

 

 

Le barattage

La baratte en bois traditionnelle en forme de tonneau était un modèle fréquent dans les fermes de Picardie et encore d’actualité au début du 20ème siècle. Elle permettait de transformer la crème de lait en beurre après de nombreux tours de manivelle.

Faire du beurre était tout un art, cette étape du barattage consistait à isoler les particules de matière grasse du liquide, le babeurre appelé aussi lait ribot. Le beurre était ensuite lavé, malaxé, pétri, puis partagé en mottes. Le bois apportait un arôme spécifique au beurre. Après la traite des vaches, on fabriquait le beurre.

Les dimensions de la baratte étaient variables, de taille moyenne ou bien plus grand mais encore fallait-il avoir la force d’actionner le mécanisme. On peut encore apercevoir quelques modèles dans la région, bien souvent transformés en objet décoratif.

 

Baratte

Ce modèle de taille raisonnable est celui présenté au musée des anciens métiers de Naours

 

 

La chandeleur

Cette fête a lieu 40 jours après Noël. Le 2 février pour la présentation au Christ au temple. Cette fête de la lumière était connue aussi chez les Romains, elle fût appelée Chandeleuse, dont l'éthymologie est liée à la chandelle. Une croyance plus ancienne trouve son origine dans la roue solaire.

Pour la tradition des crêpes, cela date de l'année 472, avec le pape Gelase 1er distribuant des galettes pour les pélerins venus à Rome.

Il existe des recettes différentes dans chaque région et des noms différents : Crepets, cruspets, vautes, tantimoles... En picardie, il existe une recette de landimolle.
Pour Vignacourt, c'était les ratons ;) en vogue jusque dans les années 50 de l'après-guerre.

Abel Theot était notre vendeur ambulant de "Ratons" durant la première guerre mondiale. Elles ressemblaient aux pancakes mais étaient bien plus moelleuses car façonnées avec de la levure. Elles ont été remplacées progressivement par les crêpes plus légères.

La vente des "dariolles" et "Ratons" existait déjà au 16ème siècle en France. Par ailleurs, le célèbre Rabelais (Alcofribas Nasier), appréciait particulièrement ce type de pâtisseries et notamment ceux confectionnées à Amiens.

 

Darioles

Vendeur ambuland de "dariolles et Ratons" - des anciens noms pour désigner des pâtisseries.
Estampe de Pierre Brebiette datant du 17ème siècle « Source gallica.bnf.fr / BnF »

 

La crèche de Noël

Les premières crèches de Noël datent du 13ème siècle. La naissance du christ est présentée dans des crèches vivantes dans les églises.

Les crèches avec des personnages, des figurines sont créées quelques années plus tard. Celles que l'on trouve dans les foyers apparaissent dans les familles aisées au 17ème siècle, notamment en Italie puis elles se développent jusqu' au 18ème siècle.

L'enfant jésus est dans l'étable, il est couché sur son lit de foin entre le boeuf et l'âne. Balthazar porte l'or, Melchior la Myrrhe et Gaspar l'encens.

creche

 

 

Chant de Noël

Still Nacht est le titre Allemand de la chanson Douce nuit, écrite par Joseph Mohr et la musique a été composé par Franz Grüber après la guerre de Napoléon.

Cette chanson a été joué pour la première fois en 1818 à Oberndorf en Autriche et a été écouté aussi sur les champs de bataille en 1914 pendant la trève de Noël.

Depuis 2011, elle est fait partie du patrimoine mondiale, et elle a été traduite dans de nombreuses langues et a été réinterprété de nombreuses fois à travers le monde.

 

 

Les dragées

La tradition d'offrir des dragées lors des baptêmes, nous vient de loin. Julius Dragatus, un romain maladroit aurait fait tomber une amande dans du miel. Il est confiseur de métier, il va en offrir à ses proches pour la naissance de son fils.

La version améliorée du sucre enrobant l'amande est inventée par un apothicaire de Verdun en 1220. Son objectif était en fait de pouvoir conserver les amandes. L'aspect de cette dragée a été de nombreuses fois retravaillé.

La tradition perdure depuis des siècles, nous disposons aujourd'hui d'une variété de dragées grâce à l'inventivité des confiseurs.

 

La fête des mères

La fête des mères est célébrée en France le dernier dimanche de mai. Une cérémonie en l'honneur des mères a été organisée la première fois, le 10 juin 1906, à Artas, village d'Isère, à l'initiative de M. Prosper Roche, instituteur.

La ville de Lyon a organisé une cérémonie pour les mères ayant perdu leurs fils durant la guerre, le 16 juin 1918. Cette fête va se diffuser ensuite partout dans l'hexagone. Il faudra attendre la fin de la seconde guerre mondiale pour voir cette fête officialisée dans les calendriers en 1950.

Pour cet évènement, dans les écoles, les enfants en bas âge font des dessins, écrivent des poèmes sur des cartes et réalisent des petits cadeaux. Ils peuvent aussi offrir des fleurs à leur maman.

 

Le marché

Le marché de Vignacourt était autrefois d'une importance considérable dans ce village de commerçants. Il a perduré quelques années après la seconde guerre mondiale mais dans une moindre mesure pour s'arrêter dans les années 70, les marchands étaient moins nombreux.

Dans les temps les plus anciens sur les étals de ces marchands, nous pouvions trouver des légumes, des volailles. Nos coquetiers rénommés expédiaient des oeufs jusque Paris. Ils avaient pris l'habitude d'orner leurs chapeaux de belles plumes, les jours de marché et d'haranguer le chaland.