logo

 

 

 

facebook .gif twitter .pinterest .English version

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil > Histoire

 

Histoire

 

Vignacourt est renommé depuis fort longtemps pour être un village de commerçants.
A l'origine, nombreux sont les habitants à avoir exercés des métiers de marchands : les marchands d'huile, de lin, de chapeaux, de veaux, les colporteurs et les coquetiers (surnommés les "Petits lapins blancs, due à l'élevage et la vente des lapins).

Ensuite les foires et marchés étaient très fréquentés et ils avaient un rayonnement régional. Ils s'étaient développés grâce à l'appui des seigneurs locaux et l'agrément du Roi.

Aujourd'hui, les activités commerciales et artisanales restent diversifiées et la réderie remporte un franc succès chaque année au mois de mai.

 

bordure

 

 

bordure

 

Le nom de Vignacourt

L'étymologie de Vignacourt serait d'origine viticole ou romaine. Mais la première hypothèse semble la plus plausible.

 

Le village des Vignes

De nombreuses orthographes de Vignacourt ont été relevées à travers différentes époques. Une des significations vraisemblable du nom de Vignacourt vient du Latin : Pays des vignes. Actuellement, dans le village il y a 2 rues contenant le terme de Vignes (Chemin sous les vignes et aux Vignes).

Les historiens ayant travaillés sur la période du Moyen-âge précisent que "de nombreux vignobles étaient plantés autour d'Amiens et la récolte était abondante", cette activité était aussi importante que la culture habituelle des terres. La culture des vignes déclinera après plusieurs hivers rigoureux dès 1323 et pour des raisons de rentabilité. Elle perdurera néanmoins dans notre village, encore quelques décennies.

 

Un chef Romain

Selon des recherches initiales réalisées sur Vignacourt, le nom pourrait venir d'un chef romain mais aucun élément à ce jour, peut confirmer cette information. VINARD : général romain et CURTIUS : était le nom d'un romain légendaire. Mais la légende n'est pas arrivée jusqu'à nous.

 

Vigne de Vignacourt

La vigne à Vignacourt

 

Le blason du village

Les chevaliers ayant participés aux premières croisades avaient besoin de se différencier : c'est l'émergence des boucliers, des blasons. Ils répondent à certains critères, comme celle du choix de la couleur selon la région d'origine.

Les blasons communaux apparaîtront bien plus tard. Le blason de la commune est surmonté d'une couronne à 3 tours. Le modèle spécifique des fleurs de lys rouge sur fond gris de ce blason se trouve aussi sur celui de Simon Wignacourt.

blason communal

Le blason communal

 

blason de la famille Wignacourt

Le blason Wignacourt

 

Les cartes

La carte de Cassini

La carte de Cassini constitue le tracé du royaume de France.  Les relevés ont été réalisés 30 ans avant la révolution par César-François et Jean-Dominique CASSINI.
On peut y découvrir les églises, les moulins, les forêts, la rivière de la Somme et le tracé de la chaussée Brunehaut passant par la forêt de Vignacourt.

 

Brunehaut

Vinacourt - «Source gallica.bnf.fr / BnF».

 

La carte de Sanson

M. Nicolas Sanson était Picard d'origine, né à Abbeville en 1600 et décédé 67 ans plus tard à Paris. Son travail fût remarqué par le Cardinal Richelieu et quelques rois. La carte ci-dessous fût éditée en 1656.

Vignacourt est représenté avec deux croix, une pour l'église, une pour le seigneur et le château. La fôret est aussi dessinée minutieusement. Flixecourt est illustré avec les mêmes symboles : une croix pour l'église et une autre pour la seigneurie dont l'histoire est liée à celle de Vignacourt. C'est le cas aussi pour le village de Picquigny, présentant les mêmes caractéristiques.

 

map

Vignacour «Source gallica.bnf.fr / BnF».

 

Les vestiges

Les moulins

La rue du moulin de pierre, la rue des meuniers témoignent de l'existence passée de plusieurs moulins. Un troisième moulin avait été détruit par les flammes comme l'atteste le nom attribué au Chemin au moulin brûlé. D'autres ont probablement disparu durant la première guerre mondiale, comme ce fut le cas dans d'autres communes de la région.

Les meuniers fabriquaient de la farine ou de l'huile dans notre village, on trouve aussi la trace de marchands d'huile. En 1905, on compte à Vignacourt encore plusieurs moulins.

Ancien moulin de Picardie

Un ancien moulin aujourd'hui disparu

 

Le château féodal

Ce château était situé dans la rue portant son nom "la rue du château", attenant à la collègiale. Son existence est mentionnée dans des archives au 13ème siècle. La collégiale était positionnée à l'emplacement de l'actuelle église, mais l'entrée était à l'opposé. Cet ensemble était entouré de chaumières destinées au logement des chamoines.

rue du château de Vignacourt

La rue du château

 

La chaussée Brunehaut

L'origine de la Chaussée Brunehaut remonte au Moyen-âge. Son nom vient pour certains de "Brune al" (la pierre utilisée sur cette voie), pour d'autres de la légende de la reine Bruneaut, ou encore le nom d'un roi Brunehilde.

A Vignacourt, certaines sections de la Chaussée sont toujours visibles en direction du village de Saint-Vaast.

Brunehaut

La chausée Brunehaut dont certaines sections sont plus ou moins préservées.

 

Les calvaires

Les calvaires étaient placés aux carrefours, le long des routes. Ils permettaient aux romains de se repérer sur les chemins. Ils devinrent ensuite un symbole religieux. Dans d'autres départements, ces repères furent transformés en oratoires.

A Vignacourt, ils sont positionnés principalement aux extrémités des rues. Certains ont été restaurés ces dernières années.

calvaire dans la Somme

La croix du calvaire à l'entrée du village.

 

Les points d'eau

La majorité des mares et des anciens puits ont été remblayés et ceux restant ont été sécurisés par des barrières. Ces points d'eau étaient utilisés pour l'abreuvement des vaches et d'autres animaux, donc l'accès était assez glissant.

Vers les années 1850, il y avait au moins 8 mares, principalement situées dans l'axe central de ce village, le chemin principal.

Plusieurs générations ont entendu parler des noyades dans les mares, la plus connue étant celle du Docteur Giffo dans le grand flot.